Les étapes de la démarche

Un pas à la fois!

2019

Les débuts

Minwashin découvre certaines problématiques liées aux archives anicinabe. Pour préserver les traces tangible de notre culture, on décide de créer une bibliothèque virtuelle. Cette plateforme servirait à préserver des archives et à les rendre accessibles aux Anicinabek, mais aussi au grand public. 

Minwashin commence à réfléchir à ce que devrait être Nipakanatik. Le souci de procéder de manière culturellement appropriée apparaît très vite. La rédaction d’un guide d’éthique est demandée à Maurice J. Kistabish.

2020

La recherche

Avec l’aide de la Corporation de la Maison Dumulon et du Musée d’art de Rouyn-Noranda, Minwashin dresse l'inventaire des institutions qui possèdent nos archives. Une demande de rapatriement numérique est faite peu de temps après.

En parallèle, l’historien Guillaume Marcotte mène une recherche sur l'évolution de notre patrimoine graphique.

2021

Les bases de Nipakanatik

Minwashin poursuit sa collaboration avec la Corporation de la Maison Dumulon, laquelle crée une première mouture du site web Nipakanatik.

Le troisième rassemblement Miaja, qui porte sur le patrimoine, créé un engouement pour la préservation de nos archives. On élabore une stratégie de numérisation des archives en partenariat avec des étudiants de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal.

Le travail de terrain

2022-2023

Minwashin collabore avec le musée McCord, le musée de la Civilisation et Bibliothèque et Archives nationales du Québec pour rapatrier un volume important d'archives dans Nipakanatik. Grâce à ces partenaires clés, des centaines de documents historiques sont rendus accessibles sur le site web.

Une grande tournée de numérisation des archives a lieu dans les communautés. L’équipe numérise en priorité les documents les plus susceptibles de disparaître à court terme. Elle voyage à bord d'un véhicule récréatif transformé en véritable laboratoire de numérisation.